Heloo

Thème 1 : La socialisation

Share Button

Thème : Individu et culture
Comment devons-nous des acteurs sociaux ?

 

Enfant sauvage
 

 Voir ici pour d’autres histoires d’enfants sauvages : Les enfants-loups existent-ils ?





 

 

PARTIE I : L’apprentissage social

TD : analyse du film L’enfant sauvage de François Truffaut (1969)

Objectifs principaux du TD :

 Montrer que les comportements humains ne sont pas naturels mais qu’ils résultent d’un apprentissage social ;
 Distinguer socialisation par inculcation et socialisation par interaction.

Synopsis
Été 1798, des paysans capturent, dans une forêt de l’Aveyron, un enfant sourd et muet, hirsute et nu, marchant à quatre pattes, et qui se nourrit de glands et de racines. Cet « enfant sauvage » est emmené à Paris, à l’Institut des sourds-muets où il devient un objet de curiosité pour les visiteurs. Le professeur Pinel, le considérant comme un idiot irrécupérable veut l’envoyer à l’asile de fous de Bicêtre. Mais un jeune médecin de l’institut des sourds-muets, le docteur Itard, obtient la garde de l’enfant. Dans sa maison, avec l’aide de sa gouvernante, Mme Guérin, le docteur Itard entreprend de tirer « Victor de l’Aveyron » de son état animal et de le faire accéder à l’humanité…
Le docteur Itard (François Truffaut) aide Victor (Jean-Pierre Cargol) à ouvrir l’armoire où se trouve le lait.
Crédit : Photographie Pierre Zucca / Bibliothèque du Film, fonds Cinémathèque française.

Questions sur le film

1. Expliquez le titre du film «Victor l’enfant sauvage» à partir des 57 premières secondes de l’extrait. Explicitez sa façon de se vêtir, de se déplacer, de se nourrir.

2. Dormir dans un lit est-il un comportement inné chez l’homme? (de 0.57 à 1.28)

3. A partir du passage allant de 1.28 à 2.45 :
•Dans quelle institution Victor est-il placé? Que pouvez-vous en déduire?
•Est-il accepté par les autres enfants ? Que pouvez-vous en conclure ?
•Après avoir présenté les deux points de vue développés par les médecins sur Victor, vous montrerez qu’ils en tirent des conclusions sur son passé et sur son avenir très différentes.

4. A partir du passage allant de 2.45 à 4.30:
•Quels sont les deux modèles de comportement attendus d’un enfant de 8 ans présentés dans l’extrait ? Victor les respecte-t-il ?
•A quelles valeurs prônées par la société correspondent-ils?
•Que font alors le docteur et sa gouvernante ?

5. De 4.30 à la fin:
•Peut-on dire que seuls les adultes contribuent à l’éducation de Victor?

Prolongements

Les « enfants sauvages » font partie de notre mythologie. On les imagine abandonnés au fond d’une lointaine forêt, ayant réussi à survivre seuls, ou parfois accompagnés de loups ou de singes. Mais les enfants sauvages existent-ils réellement ? Le plus célèbre d’entre eux fut Victor de l’Aveyron. La nouvelle de sa capture en 1800 avait mis en émoi toute l’Europe. On en a tiré des histoires, des films et des essais. Tout laisse à penser aujourd’hui que Victor était un « autiste » comme on dirait aujourd’hui. Il fut sans doute abandonné par ses parents et a erré quelque temps avant d’être recueilli. Ses signes de « sauvagerie » (repli sur soi, absence de langage, crises de colère, arriération mentale) indiquent qu’il n’était nullement un enfant élevé seul dans la nature mais qu’il souffrait d’un grave trouble psychiatrique qui l’avait exclu de la société.
D’après J.-F. Dortier, « Le débat nature/culture relancé », Sciences Humaines, n° 212, février 2010.
6. Que nous apprend ce texte sur l’enfant sauvage ?
7. Selon vous, est-ce que cela remet en cause les conclusions du film de François Truffaut ?



PARTIE II : Scènes de ménage

Objectifs principaux:
 montrer comment les hommes et les femmes se partagent les tâches au sein du couple ;
 montrer que cette répartition évolue très lentement.

 

I. La marche vers l’égalité hommes/femmes

Dirigez-vous vers le site Vie Publique et penchez-vous sur les dates clés de la politique familiale en France : Chronologie La politique de la famille

1.1. Trouvez deux lois adoptées dans les années 1960 et 1970 qui accordent plus de liberté aux femmes. Expliquez vos choix.
1.2.  Allez sur le site Apprendre avec l’Insee : La parité homme-femme

Répondez aux questions ci-dessous :

Comment se répartissent les hommes et les femmes dans la population ? Hommes et femmes sont-ils égaux face à la mort ?
Comment se répartissent les emplois du temps des hommes et des femmes dans un couple ?
La prolongation de la scolarité a été spectaculaire depuis la guerre. Les filles ont-elles bénéficié de cette ouverture de l’école au même titre que les garçons ?
Depuis les années 1960, les femmes sont plus présentes sur le marché du travail. Quelle place y occupent-elles comparativement aux hommes ?
Les inégalités de revenu entre les hommes et les femmes subsistent-elles ?
Le pouvoir est-il partagé entre hommes et femmes dans le monde du travail ? Sur le plan politique, la parité souhaitée par la loi est-elle devenue une réalité ?
Les femmes ont-elles autant de temps que les hommes pour les loisirs ? Font-elles les mêmes choix que les hommes pour le sport, la culture ?
Le temps libre est aussi l’occasion de développer la sociabilité : l’origine des amis est-elle la même pour les hommes et les femmes ?




II Une modernité limitée

On a une bonne idée de la résistance au partage plus égalitaire des tâches au sein du couple en voyant les réponses à certaines questions : « Avez-vous mis votre carrière en veilleuse pour pouvoir vous consacrer davantage à votre enfant ? » « Non », répondent les hommes à 87 %. « Votre enfant se réveille fiévreux, de votre compagne ou de vous, qui reste le lendemain à la maison le garder ? » Les hommes répondent « moi » à 8 %, les femmes « moi » à 71 %, de même pour la question de savoir qui est le premier rentré à la maison : toujours ou souvent le père, 20 % ; toujours ou souvent la mère, 70 %.
D’après D. Méda, Le Temps des femmes, pour un nouveau partage des rôles, Aubier, 2001.

3.1. Comment le texte explique-t-il les inégalités entre hommes et femmes en matière de partage des tâches domestiques ?
3.2.  Expliquez le titre du document : « une modernité limitée ».
IV. Synthèse

À l’aide des réponses précédentes, rédigez un paragraphe répondant à la question suivante :

Peut-on dire que les hommes et les femmes sont égaux au sein de la famille ?

 

 

Partie III : La socialisation selon la culture ; selon le genre ; selon le milieu social

Exercice 1 : Document 1 : chez les Nuer, la femme que l’on appelle « père »
Dans certaines populations africaines, il existe un mariage légal entre femmes. C’est le cas chez les Nuer soudanais, où la fille n’est même pas considérée comme appartenant au groupe de son père, sauf si elle est stérile : dans ce cas, elle compte comme un homme.
Le mariage légal est sanctionné par le paiement d’une dot en bétail ou « prix de la fiancée », versée par le mari aux parents paternels de son épouse. La femme stérile perçoit aussi, comme « oncle » paternel, des parts des dots versées pour ses nièces, filles de frères. Avec ce capital, elle peut à son tour acquitter le « prix de la fiancée » pour une jeune fille qu’elle épouse légalement et pour laquelle elle accomplit les rites officiels du mariage. Elle lui choisit un homme, un étranger pauvre, pour cohabiter avec elle et engendrer des enfants. Ces enfants sont les siens, ils l’appellent « père » et elle leur transmet son nom. Son épouse l’appelle « mon mari », lui doit respect et obéissance, la sert comme elle servirait un véritable mari. Il est exclu de voir dans ces unions, qui ont pour but la constitution d’une famille normale, une forme particulière d’homosexualité féminine.
D’après F. Héritier, « Les mille et une formes de la famille », Le Monde, 24 décembre 1975.
Femmes Nuer. Photographie extraite du Manuel SES de 2nde, Bordas, 2000.
1. Comparez le mariage chez les Nuer soudanais et en France en complétant le tableau ci-dessous.

Société française Nuer soudanais (cas de la femme stérile)
Qui épouse qui ?
Qui paie la dot ? À qui ?
Qui est le père légal des enfants ?
Qui est le géniteur des enfants ?
Qui dirige le foyer ?

 

2. Le mariage d’une femme stérile avec une autre femme chez les Nuer vous paraît-il normal ? Ce type de mariage est-il normal chez les Nuer ? Comment pouvez-vous expliquer ce décalage ?

 

Exercice 2 : normes et valeurs

Définition : Les valeurs sont des idéaux collectifs qui définissent dans une société donnée les critères du désirable : les sociétés définissent ce qui est bien et mal, beau et laid, juste et injuste …

Les normes sociales sont des règles qui régissent les conduites individuelles et collectives d’une société. Elles font l’objet de sanctions en cas de non respect ou de transgression. Ex : fumer dans un lycée (contrevient à une norme) ou devant un lycée (pas de sanction)

Exemple de norme et de valeur correspondante : interdiction de fumer (norme) = santé (valeur).
Plusieurs normes et valeurs sont présentées ci-dessous.
1. Complétez cette liste à l’aide d’exemples puis reliez par une flèche les valeurs et les normes qui vous semblent associées.
Valeurs                                                     Normes
Respect d’autrui •                                    •Ne pas tricher lors d’un examen
Attachement aux traditions •                    •Respecter les règles de politesse
Honnêteté •                                             •Se marier à l’église
Valorisation de l’autonomie •                   •Ne pas chercher à dissimuler ses revenus au fisc
Justice sociale •                                       •Ne pas fumer dans les lieux publics
Tolérance •                                              •Ne pas interrompre son voisin lors d’une conversation

2. Une valeur est-elle reliée à une seule norme et réciproquement ?

 

Exercice 3 : Document 2 : la socialisation différentielle selon le genre

Écoutez l’intervention sur Simone de Beauvoir, philosophe et romancière française (1908-1986), qui explique son engagement en tant que féministe.

1. Que veut dire Simone de Beauvoir lorsqu’elle affirme « on ne naît pas femme, on le devient » ?
2. Afin de montrer que cet extrait de catalogue de jouets et cette vidéo illustrent la phrase de Simone de Beauvoir, complétez le tableau ci-après :

exemple-catalogue-jouets


Comportements et qualités attendus à travers les jouets

Filles Garçons
 

 

 

 

3. Trouvez d’autres exemples illustrant la formule de Simone de Beauvoir.
Exercice 4 : Document 3 : la socialisation différentielle selon le milieu social
Dans une étude sur la moyenne et la haute bourgeoisie, il apparaît que l’intériorisation du contrôle de soi passe par des stratégies éducatives très explicites, comme on peut l’observer dans le cas de l’apprentissage des manières de table.
Pendant le dîner familial, les principes fondamentaux sont rappelés : ne pas mettre ses coudes sur la table, rester en place, ne pas faire attendre les autres. On parle alors de socialisation de la retenue.
D’après M. Darmon, La socialisation, Armand Colin, coll. 128, 2007.
Famille Groseille vs famille Le Quesnoy,

Regardez attentivement l’extrait du film La vie est un long fleuve tranquille réalisé en 1987 par Étienne Chatillez. Ce film relate l’histoire de deux familles : d’un côté, les Groseille, une famille aux revenus modestes ; de l’autre, les Le Quesnoy, une famille aisée. Ces deux familles n’auraient jamais dû se rencontrer. Mais c’était sans compter sur Josette, l’infirmière, qui douze ans plus tôt, déprimée par l’attitude lâche et méprisante de son amant, le docteur Mavial, a décidé d’échanger au berceau deux nouveau-nés : le fils Le Quesnoy et la fille Groseille. Les années passent et un jour, elle révèle l’échange de nourrissons aux parents des deux enfants…

 


1. En quoi le repas de la famille Le Quesnoy illustre-t-il une « socialisation de la retenue » ?
2. Peut-on parler d’une « socialisation de la retenue » chez les Groseille ? Pourquoi ?

 

Translate »