Warning: Constant WP_CRON_LOCK_TIMEOUT already defined in /htdocs/wp-config.php on line 199
Chapitre 5 La mesure de la production
Heloo

Chapitre 5 La mesure de la production

CORRIGE

Notions

  • Les agrégats économiques : la valeur ajoutée et le Produit intérieur brut (PIB)
  • Production non marchande
  • ndicateurs complémentaires au PIB : indice de développement humain (IDH)
  • La statistique nationale et la comptabilité nationale
  • Le calcul du PIB

Avant la classe (p. 49)


Quel est le pays de la zone euro qui a le PIB en milliards d’euros le plus élevé ? le plus faible ? Selon vous, que représente le PIB ?


En 2018, le pays de la zone euro qui a le PIB en milliards d’euros le plus élevé est l’Allemagne avec 2 974 milliards d’euros constants. Le pays de la zone euro qui a le PIB le plus faible est Malte 10 262,4 millions d’euros (données extraites de eurostat). https://ec.europa.eu/eurostat/fr/data/database
Possibilité d’avoir d’autres réponses en fonction de l’unité choisie par l’élève (euros courants ou euros constants). De manière générale, l’Allemagne a le PIB le plus élevé de la zone euro et les pays comme Chypre, Malte ont les PIB les plus faibles de la zone euro.


I. Calculer la valeur ajoutée (p. 50-51)

  1. Donnez une définition des consommations intermédiaires.
    Listez les consommations intermédiaires dont Marion a besoin pour réaliser ses burgers.
    Les consommations intermédiaires correspondent à l’ensemble des biens et services achetés à d’autres entreprises pour produire. Les consommations intermédiaires seront utilisées, transformées, ou détruites au cours du processus de production.
    Marion aura besoin de matières premières (tomates, pain, fromage, pommes de terre, de la salade, de l’huile……)
    Liste non exhaustive.
  2. Pourquoi parle-t-on de valeur « ajoutée » ?
    On parle de valeur « ajoutée » car les entreprises ajoutent de la valeur aux consommations intermédiaires. La valeur ajoutée mesure ce que l’entreprise a ajouté aux biens et services qu’elle a achetés à d’autres entreprises pour produire. La valeur ajoutée correspond à la richesse produite par une entreprise.
  3. Retrouvez la formule du calcul de la valeur ajoutée.
    La valeur ajoutée se calcule :
    VA = CA – CI
  4. Calculez la valeur ajoutée de Marion avec la préparation de son menu Burger.
    VA = 13 – 6
    VA = 7 €
    Avec la préparation de son menu Burger, Marion crée 7 € de valeur ajoutée.
  5. Distinguez la production marchande de la production non marchande.
    Qualifiez la production de Marion.

    La production marchande désigne la production de biens et services destinés à être vendus sur un marché dans le but de faire des bénéfices.
    La production non marchande désigne la production de biens et services destinés à être fournis gratuitement ou quasi gratuitement (c’est-à-dire à un prix inférieur à la moitié du coût de production). La production non marchande n’a pas pour objectif de réaliser des bénéfices. Il s’agit principalement de la production de services publics.
  6. Quel est le problème posé par l’évaluation de la valeur ajoutée de la production non marchande ?
    Comment est-elle évaluée ?

    Il est difficile d’évaluer la valeur ajoutée de la production non marchande dans la mesure où les biens et services non marchands ne sont pas vendus sur le marché.
    La valeur de la production non marchande est déterminée par son coût de production, c’est-à-dire le coût des facteurs nécessaires pour l’obtenir (salaires, dépenses en capital.). L’interprétation de la valeur de la production non marchande est délicate car elle est soumise à des effets de structures. Par exemple si l’âge moyen des fonctionnaires augmente, leur rémunération augmente, ce qui augmente la valeur ajoutée de la production non marchande.

Allez plus loin ! (p. 51)

  1. Commentez le chiffre de 1948,8 milliards d’euros.
    1 948,8 milliards correspondent à la production mesurée par la valeur ajoutée de l’ensemble des secteurs institutionnels en France pour l’année 2015.
  2. Indiquez le secteur institutionnel qui pèse le plus (ou qui a la plus forte valeur ajoutée) dans la production en France. Justifiez votre réponse.
    Les sociétés non financières (les entreprises) ont le plus contribué à la création de richesse. Elles ont réalisé 1 109,8 milliards d’euros de valeur ajoutée en 2015.
  3. Quel secteur institutionnel a connu la plus forte croissance de sa valeur ajoutée ? Justifiez.
    Les institutions sans but lucratif aux services des ménages ont connu la plus forte croissance de la valeur ajoutée avec une augmentation de 2,9 % de leur production pour 2015.
  4. Indiquez le(s) secteur(s) institutionnels permettant d’évaluer la valeur ajoutée de la production non marchande.
    Les institutions sans but lucratif aux services des ménages et les administrations publiques sont les secteurs permettant d’évaluer la production non marchande.
    II. Mesurer la croissance avec le PIB (p. 52-53)
  5. Quel lien pouvez-vous faire entre le PIB et la valeur ajoutée ?
    La somme de toutes les valeurs ajoutées permet de calculer le PIB.
  6. Retrouvez la formule et le détail du calcul du PIB français en 2018.
    Formule du PIB = somme des VA + impôts – subventions sur les produits
    1 988,7 + 230,9 – 16,1 = 2 203,5 milliards d’euros.
  7. Calculez les taux de croissance de chacun des pays en 2018.

Taux de croissance du PIB 2018
France
3,71 %
Allemagne
3,61 %
Espagne
5,58 %
Royaume-Uni
3,25 %
Ici, calcul du taux de croissance entre 2016 et 2018.

  1. Interprétez les résultats obtenus à la question précédente.
    Tous les pays présentés dans le tableau ont un taux de croissance du PIB positif. Tous les pays ont connu une croissance du PIB. L’Espagne a connu la plus forte croissance du PIB, avec un taux de croissance de 5,58 % entre 2016 et 2018.
  2. En prenant l’exemple de la France et de la Chine, quelles remarques pouvez-vous faire en ce qui concerne le classement établi avec le PIB par habitant et le classement établi avec le PIB global ?
    En prenant le PIB global, la Chine se classe en 2e position alors que la France ne se situe qu’en 6e position. En prenant le PIB par habitant, on remarque que la Chine se classe en 73e position et la France en 21e position.
    Ainsi le classement des pays est différent suivant l’indicateur choisi.
  3. Pourquoi le PIB par habitant est-il plus représentatif que le PIB global pour apprécier le niveau de richesse d’un pays ?
    Le PIB par habitant mesure le niveau de richesse moyen par habitant. Il est plus représentatif que le PIB global, car il permet d’évaluer la richesse effective des habitants.
    Allez plus loin ! (p. 53)
  4. Expliquez la différence entre PIB marchand et PIB non marchand.
    – Le PIB marchand mesure toutes les productions marchandes, c’est-à-dire réalisées par des entreprises privées sur un marché.
    – Le PIB non marchand mesure toutes les productions réalisées par les administrations, l’État et les associations.
  5. Expliquez la différence entre PIB nominal et PIB réel.
    – Le PIB nominal désigne le PIB à prix courants sans correction de l’inflation.
    – Le PIB réel désigne le PIB à prix constants avec correction de l’inflation.
  6. Quel PIB doit-on utiliser pour comparer la création de richesse d’un pays sur plusieurs années ?
    Il faut convertir les PIB dans une monnaie unique, le dollar PPA (parité du pouvoir d’achat). Celui-ci permet de gommer les différences de niveaux de prix entre les pays.
    III. Repérer les limites du PIB comme indicateur de richesse (p. 54-55)
  7. La préparation des burgers de Marion pour sa famille sera-t-elle comptabilisée dans le PIB ?
    Justifiez votre réponse.
    Non, car c’est une activité réalisée bénévolement pour sa famille. Ce travail bénévole ne sera pas comptabilisé dans le PIB.
  8. Expliquez comment une catastrophe naturelle peut faire augmenter le PIB.
    Une catastrophe naturelle va entraîner des dégâts matériels importants. Il faudra alors reconstruire les routes, les maisons, réparer les voitures, etc. Ces dégâts vont faire augmenter le PIB car cela va créer de l’activité génératrice de revenus.
    Le PIB est indifférent à la nature de l’activité génératrice de revenus.
  9. Exposez trois exemples où la croissance du PIB n’est pas source d’amélioration des conditions de vie.
    Une catastrophe écologique comme un tremblement de terre va détruire des richesses (donc pas d’amélioration des conditions de vie), mais va contribuer à faire augmenter le PIB car il va falloir reconstruire les infrastructures, les habitations, etc.
    La pollution générée par les embouteillages contribue à faire augmenter le PIB car de plus en plus de personnes sont allergiques ou développent des maladies, entraînant une hausse des soins thérapeutiques. Mais cela n’est pas source d’amélioration des conditions de vie.
    Les industries du tabac contribuent à la croissance du PIB mais cette richesse créée n’est pas source d’amélioration des conditions de vie.
    Le développement des maladies graves comme le cancer n’est pas source d’amélioration des conditions de vie, mais est comptabilisé dans le PIB car cela génère de la richesse.
    Liste non exhaustive. D’autres exemples sont possibles.
  10. Montrez que le PIB est un indicateur de richesse imparfait.
    Le PIB présente plusieurs limites :
    – Il ne prend pas en compte les activités domestiques et le bénévolat alors que ces activités sont créatrices de richesse.
    – Le PIB est indifférent à la nature de l’activité créatrice de richesse. Par exemple, certaines activités ont des conséquences négatives pour la société : déforestation, destruction de l’environnement et des ressources naturelles. Ces activités génèrent des externalités négatives (pollution, maladies, etc.), mais contribuent à faire augmenter le PIB sans tenir compte du bien-être individuel et collectif.
  11. Comment se manifeste le développement d’un pays ?
    Le développement d’un pays est un phénomène qualitatif qui se traduit par une amélioration du fonctionnement d’une économie. Le développement d’une économie se manifeste par les transformations économiques, sociales, culturelles et démographiques d’un pays.
  12. Quel lien peut-on faire entre croissance et développement ?
    La croissance économique permet de financer le développement d’un pays. En effet, la croissance économique permet de dégager des ressources financières permettant aux pays de se développer en construisant des infrastructures, en développant le niveau de formation, en investissant dans la santé, etc.
  13. Quelle est l’utilité de l’IDH ? Comment est-il construit ?
    L’IDH, ou indicateur de développement humain, est un indicateur utilisé pour faire face aux limites du PIB. Cet indicateur prend en compte plusieurs éléments que le PIB ne prend pas en considération comme l’espérance de vie, le niveau d’éducation et le PIB par habitant. Cet indicateur varie de 0 (plus faible développement) à 1 (plus fort développement). Le PNUD (programme des Nations unies pour le développement) établit un classement des PIB en fonction de l’IDH. En 2017, la France se classait en 25e position avec un indicateur de 0,901.

Allez plus loin ! (p. 55)

  1. À quoi sert l’indice Big Mac ?
    L’indice Big Mac permet de comparer le niveau de vie des pays en utilisant une unité commune : le prix d’un Big Mac.
  2. Comparez les pays à l’aide de cet indice Big Mac. Que constatez-vous ?
    Avec 5,51 dollars, c’est en Turquie et Inde que l’on peut acheter le plus de Big Mac. En Turquie, on peut acheter 2,4 Big Mac et en Inde, 2,2 Big Mac. En revanche, en Europe, on peut seulement acheter 1,2 Big Mac.
    On constate que dans des pays différents, il faut plus ou moins d’argent pour se procurer le même bien.
  3. Que représente la notion de parité de pouvoir d’achat (PPA) ? À quoi sert-elle ?
    La parité de pouvoir d’achat est un taux de conversion monétaire qui permet d’exprimer dans une unité commune les pouvoirs d’achat de différentes monnaies.
    La notion de PPA permet de comparer le niveau de vie des pays qui ont des monnaies différentes.

 Application 1  Testez vos connaissances ! (p. 56)

  1. Le PIB se calcule à partir de la somme des valeurs ajoutées.
    X Vrai  Faux
  2. Le PIB mesure la production de l’ensemble des entreprises marchandes d’un pays sur une année.
     Vrai X Faux
  3. La valeur ajoutée mesure le bénéfice net.
     Vrai X Faux
  4. L’ensemble des achats effectués pour produire s’appelle les « consommations intermédiaires ».
    X Vrai  Faux
  5. La croissance économique est toujours source de développement.
    X Vrai  Faux
  6. Le taux de croissance du PIB permet d’analyser le dynamisme d’une économie.
    X Vrai  Faux
  7. Les catastrophes naturelles contribuent à faire augmenter le PIB.
    X Vrai  Faux

 Application 2  Calculer la valeur ajoutée (p. 56)

  1. Que représente le chiffre d’affaires pour une entreprise ? Comment le calcule-t-on ?
    Le chiffre d’affaires représente le total des ventes réalisées par une entreprise. Il se calcule en appliquant la formule suivante : prix x quantité.
  2. Rappelez la définition de la valeur ajoutée. Comment se calcule-t-elle ?
    La valeur ajoutée représente la richesse créée par une entreprise. Elle se calcule en appliquant la formule suivante :
    VA = CA – CI
  3. Repérez les consommations intermédiaires. Quel est leur montant ?
    Les consommations intermédiaires représentent tous les achats effectués par l’entreprise pour produire ses biens et services. Ici, les consommations intermédiaires sont :
    – achats de matières premières ;
    – achats divers ;
    – eau et électricité.
    Soit un total de : 21 000 €.
  4. Calculez la valeur ajoutée de l’activité de la pizzeria.
    La valeur ajoutée de l’activité de la pizzeria s’élève à : 129 000 €.
    VA = 150 000 – 21 000

 Application 3  Repérer les limites du PIB (p. 57)

  1. À partir du document, présentez les indicateurs alternatifs au PIB et expliquez leur utilité par rapport au PIB.
    Plusieurs indicateurs ont été proposés pour faire face aux limites du PIB :
    – l’ISS (indice de santé sociale), qui prend en compte des facteurs de santé sociale ;
    – l’empreinte écologique, qui prend en compte le respect de l’environnement et des ressources naturelles ;
    – l’IBEE (indice de bien-être économique), qui prend en compte la consommation, les inégalités, la pauvreté et le degré de sécurité économique.
    Ces indicateurs permettent de prendre en considération les éléments non pris en compte par le PIB comme la pauvreté, la dégradation de l’environnement, le bien-être individuel et collectif.
  2. Connectez-vous à l’adresse suivante : http://www.cite-sciences.fr/archives/francais/ala_cite/expo/tempo/planete/portail/labo/empreinte.html
    Questions directement sur le site.
    Une connexion Internet est nécessaire.
    Trois onglets => Nourriture Transport Habitation
  3. Calculez votre empreinte écologique. Quel est l’intérêt principal de cet indicateur ?
    Réponse personnelle des élèves pour chaque onglet.
    L’empreinte écologique est une estimation de la superficie dont la Terre a besoin pour subvenir aux besoins des hommes. Le calcul de l’empreinte écologique permet de mesurer notre influence directe sur la nature.

 Application 4  Mesurer la croissance avec le PIB (p. 57)

  1. Présentez le document (titre du document, source, date, notions présentées).
    Ce document présente l’évolution du taux de croissance du PIB en volume (à prix constants) en France sur la période allant de 1950 à 2018. Les sources des données proviennent de l’INSEE et les données sont exprimées en pourcentage.
  2. À quoi sert le PIB ?
    Le PIB permet de mesurer la création de richesse d’un pays sur une année donnée.
  3. Qu’est-ce que la croissance économique ? Comment est-elle mesurée ?
    La croissance économique correspond à une augmentation du PIB sur deux périodes consécutives. Elle est mesurée par le taux de croissance du PIB.
  4. Commentez le graphique.
    Entre 1950 et 2018, on observe une baisse du taux de croissance du PIB. En 1950, le taux de croissance du PIB était supérieur à 8 % alors qu’en 2018, le taux de croissance du PIB se situe autour de 2 %.
    Nous constatons une période de récession, voire de dépression entre 2007 et 2009 ou le taux de croissance du PIB était négatif (jusqu’à – 2 % en 2009). Cette récession s’explique par la crise financière qui s’est traduite par une crise économique touchant tous les pays, y compris la France.
    Depuis 2011, le taux de croissance du PIB de la France est stable, autour de 2 %.

Synthèse

Rédigez votre synthèse personnelle à l’aide des mots-clés suivants :
La valeur ajoutée est la richesse créée par une entreprise. Elle se calcule à partir du chiffre d’affaires et des consommations intermédiaires. (VA = CA-CI). Le Produit intérieur brut (PIB) représente la richesse créée par un pays au cours d’une année. Lorsque le PIB augmente d’une période à une autre, on parle de croissance économique. Il faut distinguer la production marchande de la production non marchande. La production marchande regroupe toutes les activités dont les biens ou les services sont vendus sur un marché. La production non marchande regroupe les activités des administrations et des associations dont les biens et les services ne sont pas vendus sur marché, mais sont proposés à titre gratuit ou quasi gratuit. D’autres indicateurs comme l’indice de développement humain (IDH) permettent de compléter le PIB et d’analyser le développement d’un pays.

L’essentiel


L’analyse de la création de richesse s’effectue au niveau microéconomique avec l’analyse de la valeur ajoutée, mais aussi au niveau macroéconomique avec l’analyse du PIB. L’indicateur du PIB comporte des limites et doit être complété par d’autres indicateurs.


I. La mesure de la création de richesse


A. La richesse créée par les entreprises : la valeur ajoutée


La richesse créée par les entreprises est mesurée par la valeur ajoutée. La valeur ajoutée se calcule de la manière suivante :
Valeur ajoutée = chiffre d’affaires (ventes en euros) – consommations intermédiaires (achats en euros auprès des autres entreprises)
Les consommations intermédiaires représentent l’ensemble des éléments externes ayant permis la production (transformés, utilisés ou détruits dans le processus de production). Par exemple : les matières premières, marchandises…).


B. La richesse créée par les pays : le PIB

  1. La mesure du PIB
    Le produit intérieur brut (PIB) mesure l’ensemble des richesses créées par un pays pendant une année sur le territoire national. Le PIB permet de mesurer la performance d’une économie (d’un pays).
    L’une des façons de calculer le PIB est de considérer que le PIB est égal à la somme des valeurs ajoutées brutes des différents secteurs institutionnels, augmentée des impôts, moins les subventions sur les produits.
    PIB = sommes des VA + impôts – subventions sur les produits
    La comptabilité nationale distingue :
    – le PIB marchand, qui regroupe toutes les activités dont le bien ou le service est vendu sur un marché ;
    – le PIB non marchand, qui comptabilise les activités des administrations et des associations (activités non marchandes).
    On peut établir un classement des pays selon le montant de leur PIB global et selon le montant du PIB par habitant. Ces classements permettent de comparer le montant des richesses créées au niveau international. Le PIB par habitant est plus représentatif que le PIB global pour apprécier le niveau de richesse d’un pays car il ramène la richesse globale au nombre d’habitants. C’est le principal critère pour mesurer la richesse d’un pays.
  2. L’évolution du PIB
    Pour analyser et comparer les richesses créées par les pays dans le temps, on calcule le taux de croissance du PIB. Le taux de croissance du PIB permet de mesurer le dynamisme d’une économie.
    Le taux de croissance se calcule à l’aide de la formule suivante :

Lorsque le taux de croissance du PIB est positif, l’économie est dynamique et attractive. On parle dans ce cas de croissance pour traduire une augmentation du PIB d’une année sur l’autre. On parle de récession lorsque le taux de croissance du PIB diminue d’une année sur l’autre. Lorsque le taux de croissance du PIB est négatif (en cas de crise), on parle de dépression.


II. Les limites du PIB


Le PIB est considéré comme un indicateur économique imparfait. Il apparaît comme un indicateur qui connaît un certain nombre de limites :
– certaines activités ne sont pas comptabilisées comme richesse car elles ne s’accompagnent pas de transactions monétaires (exemples : le travail domestique, le bénévolat, l’entraide entre voisins, le troc) ;
– certaines activités illégales ou non déclarées ne sont pas comptabilisées dans le PIB alors qu’elles créent de la richesse ;
– le PIB est indifférent à la nature de l’activité génératrice de la création de richesses. Certaines activités entrent dans le calcul du PIB, mais elles entraînent des conséquences négatives pour la société (exemples : déforestation, destruction de l’environnement et des ressources naturelles, déplacement de population, etc). Ces activités sont génératrices d’externalités négatives (exemples : pollution, maladies, épuisement des ressources naturelles), mais elles contribuent à l’augmentation du PIB sans tenir compte des conditions de vie des habitants ;
– le PIB ne prend pas en compte le bien-être individuel et collectif du pays.

Plusieurs économistes ont proposé d’autres indicateurs pour mieux intégrer les limites du PIB : l’IDH, indice de développement humain, proposé par le PNUD, est l’indice le plus connu. Il permet de classer les pays en fonction de trois facteurs : le niveau d’éducation, l’espérance de vie et le PIB par habitant. L’IDH varie entre 0 (plus faible développement) et 1 (plus fort développement. En 2017, la France avait un IDH de 0,901.
D’autres indicateurs ont été proposés comme :
– l’ISS (indice de santé sociale), qui prend en compte des facteurs de santé sociale ;
– l’empreinte écologique, qui prend en compte le respect de l’environnement et des ressources naturelles ;
– l’IBEE (indice de bien-être économique), qui prend en compte la consommation, les inégalités, la pauvreté et le degré de sécurité économique.
Ces indicateurs permettent de prendre en considération les éléments non pris en compte par le PIB comme la pauvreté, la dégradation de l’environnement, le bien-être individuel et collectif.

Une réflexion au sujet de “Chapitre 5 La mesure de la production

  1. Pingback: CORRIGE Livre Eco Nathan Pochette 2019 | STMG | ECO | 1IERE |

Heloo