Heloo

CORRIGE ÉPREUVE ORALE DU SECOND GROUPE SESSION 2021 MANAGEMENT- TRADIVERRERIE

TRADIVERRERIE

  1. Relever des éléments du diagnostic interne de cette organisation.
ForcesFaiblesses
-Une forte capacité à innover, avec une équipe
de sept personnes dédiée à la R&D Développement à l’export
– Savoir-faire du métier de décorateur de verre
– Valorisation du savoir-faire du métier de verrier, le plus ancien métier exercé dans la
région Hauts-de-France
– Qualité des produits haut de gamme
Créativité
– Qualités professionnelles des salariés
– Pénurie de main d’œuvre compétente pour ce domaine d’activité
– Des salariés âgés qui approchent de la retraite




  1. Identifier l’option stratégique de l’organisation Tradiverrerie et apprécier sa pertinence.
    La stratégie de Tradiverrerie repose sur la différenciation. En effet l’entreprise propose des produits de qualité fabriqués grâce à un savoir-faire historique : l’art verrier. Elle se différencie ainsi de ses
    concurrents par la qualité de ses produits et par la mise en place d’innovations perpétuelles.
    Cette stratégie lui a permis de se développer en continu, dans un secteur pourtant en crise.
  2. Présenter l’intérêt d’une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences pour cette entreprise.
    Les organisations doivent prévoir les qualifications et les compétences individuelles dont elles auront besoin pour produire. Tradiverrerie doit donc anticiper ses besoins futurs en les confrontant à ses ressources actuelles pour adapter ses ressources humaines aux objectifs de l’organisation.
    En effet, cette démarche d’anticipation et d’adaptation qu’est la GPEC peut se dérouler en 3 temps :
    Les 3 étapes de la GPEC ne sont pas attendues mais les arguments pour répondre à la question peuvent y être puisés.
    Recensement des ressources (prévisionnelles et besoins anticipés) : l’effectif de Tradiverrerie a aujourd’hui atteint une moyenne d’âge élevée autour de 50 ans. Ces salariés, aux savoir-faire et qualités indéniables, doivent être remplacés car ils sont proches de la retraite.
    Analyse des écarts (comparaison des ressources aux besoins) : le recrutement s’annonce difficile dans le secteur et les dirigeants s’inquiètent de la rareté des compétences qu’ils recherchent sur le
    marché du travail, au niveau local comme national. La pénurie de main d’œuvre risque d’être conséquente et source de difficulté pour l’entreprise, dont la culture et la notoriété sont en partie
    construites sur les compétences distinctives de ses employés.
    Mise en place de mesures d’ajustement (quantitatives et qualitatives) : les dirigeants optent pour des solutions diversifiées afin d’anticiper les départs de leurs employés et d’éviter la pénurie.
    D’abord le recrutement est construit en partenariat avec Pôle Emploi afin de puiser dans un vivier de candidats « à profils » pour ensuite envisager de les former en interne et donc assurer le
    développement des compétences adéquates. Les attentes étant très spécifiques, ce recrutement est ciblé au moyen de tests d’aptitude et de motivation.
    Ensuite, dans une perspective de plus long terme, les dirigeants enrichissent leur vivier de candidats en accueillant stagiaires et élèves afin de créer des vocations.
    Enfin, à titre accessoire, la formation en interne est envisagée via le tutorat entre pairs afin de transmettre le savoir-faire des employés.
  3. Calculer le prix de vente du nouveau pot en verre pour le client du secteur pharmaceutique puis déterminer le résultat global généré par cette commande.
    Coût de revient unitaire = 90 000 / 50 000 = 1,80 €
    Prix de vente = 1,8 € x 1,25 = 2,25 €
    Autre possibilité = 90 000 € x 1,25 = 112 500 € et 112 500 € / 50 000 pots = 2,25 €
    Soit résultat unitaire = 2,25 € – 1,8 € = 0,45 €
    Résultat global sur les 50 000 pots :
    50 000 x 0,45 € = 22 500 €
  4. Sur les lignes de production, chaque poste de travail est spécialisé. Identifier un avantage et un inconvénient de ce mode d’organisation du travail.
    Ce mode d’organisation du travail se rapproche d’une organisation scientifique préconisée par Taylor. Elle permet une division des tâches pour garantir leur maîtrise : ainsi, chaque travailleur devient un expert et fournit un travail de qualité.




En revanche, cette spécialisation possède des limites : elle laisse peu d’autonomie aux salariés qui manquent de polyvalence. Elle rend l’organisation du travail plus rigide et ne permet pas
d’ajustement en cas d’absence de l’un des experts, ce qui entraîne un ralentissement de la production et donc des coûts. Enfin, ces tâches répétées peuvent s’avérer peu motivantes voire à l’origine de maladies professionnelles (les troubles musculosquelettiques – TMS- entraînés par la
répétition des gestes par exemple), qui génèrent aussi des coûts en termes de productivité.




  1. L’entreprise s’est dotée d’un logiciel de gestion de la production assistée par ordinateur (GPAO). Identifier l’intérêt et les limites d’un tel logiciel intégré.
    L’intérêt d’utiliser un logiciel de GPAO :
    Communication facilitée du fait du partage des données
    Mise à jour en temps réel pour tous les acteurs
    Cohérence et homogénéité des données, réduction des redondances
    Automatisation des actions sur les flux d’information (workflow)
    Ergonomie commune aux différentes applications
    Gestion des droits d’accès facilitée

Les limites :
Dépendance vis-à-vis de l’éditeur
Rigidité dans la conduite des processus puisqu’ils sont structurés par le logiciel.







Heloo